Institut des Hautes Etudes de l'Amérique latine
Centre de recherche et de documentation sur les Amériques

Avis de soutenance de thèse en sociologie et anthropologie de Marie-Laure Guilland

15 décembre 2017, 14h00

Avis de soutenance

Marie-Laure Guilland
Soutenance de thèse pour l'obtention du grade de docteur en sociologie et anthropologie.

Patrimonialisation de vestiges préhispaniques et reconnaissance des peuples autochtones. Étude de trois affaires colombiennes

 

Résumé

Cette thèse démontre comment le patrimoine préhispanique colombien devient un enjeu de reconnaissance pour les peuples autochtones, vingt ans après l’élaboration d’une constitution multiculturelle et néolibérale. Inspirée des travaux de L. Boltanski et d’E. Claverie, l’étude de trois affaires permet de saisir comment de nouvelles revendications ethniques transforment un dispositif patrimonial qui semblait immuable depuis plus d’un demi-siècle. L’analyse s’appuie sur un travail de terrain multisitué (Marcus, 1995). Elle explore les paysages (Appadurai, 2001) patrimoniaux et autochtones du « système monde » en les reliant à trois sites où des parcs archéologiques nationaux se situent au sein ou en bordure de territoires autochtones (Teyuna Ciudad Perdida, San Agustín et Tierradentro). En retraçant la biographie sociale et culturelle des vestiges (Appadurai et Kopytoff, 1986), nous expliquons comment le dispositif patrimonial, mis en place au début du vingtième siècle, est à l’origine d'une valorisation rhétorique et esthétique des racines préhispaniques du pays, mais en aucun cas d'une reconnaissance des peuples autochtones contemporains. Ecartés de l’histoire et de la gestion patrimoniale des parcs, les leaders autochtones entendent, à la fin des années 2000, transformer les régimes de vérité et de patrimonialité qu’ils jugent injustes. L’enjeu est de légitimer leur appropriation des sites afin de justifier leurs demandes de reconnaissance identitaire et territoriale. Le droit autochtone, les principes de l’UNESCO sur la diversité culturelle et le patrimoine immatériel, la pensée décoloniale et les craintes suscitées par le tourisme, sont autant de supports mobilisés pour justifier leurs attentes. Lors des affaires, différents systèmes de légitimité s'affrontent au cours d’épreuves de justice (Boltanski, Thevenot, 1991) et de force. Ce processus renforce les frontières ethniques par un effet d’altérisation patrimoniale et modifie le régime de patrimonialité : les vestiges deviennent les supports de nouvelles pratiques ethniques, rituelles et sacrées, les autochtones acquièrent une place de partenaires dans le nouveau dispositif patrimonial et la valeur relationnelle des artefacts devient aussi importante que leur matérialité.

Mots clés : Patrimonialisation, tourisme, Colombie, peuples autochtones, reconnaissance, ethnogenèse

 

Le jury est composé de :

Mme Irène BELLIER, directrice de recherche CNRS/EHESS, (directrice de thèse)

Mr Benoît DE L’ESTOILE, directeur de recherche CNRS/ENS, (rapporteur)

Mr David DUMOULIN, maître de conférences, Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

Mme Maria GRAVARI BARBAS, Professeure des universités, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

Mr Christian GROS, Professeur honoraire, Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

Mme Anne-Marie LOSONCZY, directrice de recherches, EPHE, (rapporteur)

 

 

 

 

Informations pratiques :

 

Vendredi 15 décembre
14h00
Maison de la recherche de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Salle Claude Simon
4 rue des Irlandais
75005 Paris