Institut des Hautes Etudes de l'Amérique latine
Centre de recherche et de documentation sur les Amériques

Crise électorale au Honduras : l’inauguration d’un régime de « sous-démocratie » ?

18 janvier 2018, 17h30 - 19h30

Crise électorale au Honduras : l’inauguration d’un régime de « sous-démocratie » ?
Conférence

Par Hélène Roux
Journaliste indépendante et chercheure associée à l’UMR « Développement et Sociétés », Paris 1.

Modérateur : Benoît Hervieu-Léger, enseignant vacataire à l’IHEAL

 

La crise déclenchée au Honduras par le déroulement des élections générales du 26 novembre 2017 a - brièvement - suscité l’attention des médias internationaux. L’intérêt pour ce pays, habituellement et sommairement qualifié de « violent », est néanmoins rapidement retombé. Depuis, en dépit de la recommandation de l’Organisation des Etats américains (OEA) d’organiser un nouveau scrutin, une vingtaine de gouvernements ont reconnu la victoire du président sortant Juan Orlando Hernandez. Ces décisions tranchent avec la détermination d’une grande partie de la population hondurienne de s’élever contre la réélection d’un chef d’Etat qui outre le fait de bafouer la Constitution, cherche à s’imposer par un processus électoral entaché d’irrégularités. Depuis, la tension ne faiblit pas et la répression féroce lancée contre les voix protestataires s’est soldée par plus de trente morts en moins d’un mois et l’instauration d’un couvre-feu.

Pour autant, cette crise post-électorale n’est pas seulement née du scrutin du 26 novembre. Elle trouve ses antécédents dans le coup d’Etat du 28 juin 2009 et dans la militarisation croissante de la société hondurienne qui a suivi ce dernier. La présente conférence propose un retour approfondi sur la séquence électorale du 26 novembre au regard de l’histoire politique et sociale récente du pays. Au-delà, elle s’interroge sur la singulière conception des principes démocratiques que professe la communauté internationale en s’accommodant du fait que des élections – supposées constituer l’exercice démocratique par excellence – s’achèvent par l’imposition d’un couvre-feu et la restriction des garanties constitutionnelles. En d’autres termes, la reconnaissance du résultat des élections au Honduras inaugure-t-elle un régime d’un genre nouveau aux standards élastiques, propres à ceux d’une « sous-démocratie » ?

 

Informations pratiques

Jeudi 18 janvier 2018
17h30 - 19h30
IHEAL
28 rue Saint-Guillaume 75007 Paris
Amphithéâtre (1er étage)

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription obligatoire à :evenements-iheal@sorbonne-nouvelle.fr