Institut des Hautes Etudes de l'Amérique latine
Centre de recherche et de documentation sur les Amériques

Professeurs invités année en cours

Année universitaire 2017-2018



Professeurs invités

Premier semestre

Betty Espinosa

Betty Espinosa est professeure et chercheuse à la FLACSO-Équateur. Elle est docteure en sciences économiques appliquées par l’université de Louvain, où elle a également été professeure invitée au Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, institutions, subjectivité (CriDIS/UCL).
Actuellement éditrice de la revue Mundos Plurales. Politicas y acción pública, elle est membre du groupe « Análisis crítico, innovación y políticas públicas » du Conseil latino-américain de sciences sociales (CLACSO). Sa recherche porte sur les politiques sociales et le développement.
Betty Espinosa a récemment publié Las redes de comercio justo, interacciones entre el don y el intercambio mercantil (FLACSO-Équateur, 2017) ; « Gobernanza de la acción colectiva: un enfoque transdisciplinario » (Mundos Plurales, 2017) ; « Construcciones de calidad e igualdad en las universidades ecuatorianas » (MISEAL, 2015), en collaboration avec Ana María Goetschel et, en tant que directrice, Políticas sociales e infancia en Ecuador, 2000 a 2016 (UNICEF/FLACSO-Équateur), en cours de publication.

Ce semestre à l’IHEAL, Betty Espinosa assure les cours Economía, desarrollo y naturaleza en la Región Andina et Políticas sociales en los Andes.

 

Massimo Modonesi

Massimo Modonesi est historien, sociologue et latino-américaniste. Professeur à la faculté de sciences politiques et sociales de l’université nationale autonome du Mexique (UNAM), il enseigne en licence de sociologie et aux masters Études latino-américaines et Sciences politiques et sociales. Membre du Système nationale mexicain de la recherche (CONACYT), il est également directeur de la revue Memoria du Centre d’études du mouvement ouvrier et socialiste. Entre 2017 et 2012, il a été co-coordinateur du Comité de suivi du conflit, du Conseil latino-américain de sciences sociales (CLACSO) au Mexique, où il a dirigé, de 2009 à 2014, la revue OSAL.

Massimo Modonesi étudie principalement les mouvements sociaux latino-américains et mexicains, ainsi que la théorie sociale et politique marxiste. Il a publié 12 livres, parmi ses plus récentes se trouvent : Revoluciones pasivas en América Latina (Ítaca, 2017) ; El principio antagonista. Marxismo y acción política (Ítaca, 2016) ; El concepto de clase social en la teoría marxista contemporánea (UNAM-BUAP, 2017) ; et, en tant que directeur, Militancia, antagonismo y politización estudiantil en México (Ítaca, en cours de publication).

Comme professeur invité à l’IHEAL, Massimo Modonesi assure ce semestre les cours  México tiempo presente: trayectorias de movilización y coyuntura actual et Los gobiernos progresistas en América Latina: perspectivas y debates.

 

María Dolores París Pombo

María Dolores París Pombo est chercheuse au département d’études culturelles de El Colegio de la Frontera Norte (Mexique). Docteure en sciences sociales par la FLACSO, elle est spécialiste des droits humains, les migrations internationales et les relations inter-ethniques. Entre ses publications récentes se trouvent : « Breaking the Spiral of Violence. Politics and Migration in the Lower Triqui Region » (Latin American Perspectives, 2014) et « Far from Home. Mexican women deported to Tijuana » (Journal of Borderland Studies, 2016), écrit en collaboration avec Diana Carolina Peláez.

Ses cours à l’IHEAL ce semestre : Migrations et droits de l'homme et  Stratification sociale mondialisée et ethnicisation des marchés de travail.

 

Marcelo Ridenti

Marcelo Ridenti est professeur titulaire de sociologie à l’université de Campinas – UNICAMP (São Paulo, Brésil). Docteur en sociologie par l’université de São Paulo, il a réalisé deux stances postdoctorales à l’EHESS en 2000 et en 2010. En 2014-2015 il a été professeur invité à Columbia University, New York. Ses thèmes de recherche portent sur la culture, la relation entre l’art et la politique, la gauche brésilienne, les intellectuels et la dictature militaire au Brésil.
Il est auteur de plusieurs livres et articles au Brésil et à l'étranger, parmi lesquels se trouvent Brasilidade revolucionária (2010), Em busca do povo brasileiro – artistas da revolução (2ème édition, 2014), et O fantasma da revolução brasileira (2ème édition 2010).

Il a été secrétaire exécutif de l'Association brésilienne de la recherche en sciences sociales (ANPOCS, 2004-2008), et il a supervisé 29 diplômes de maîtrise et 16 doctorats complets, en plus à 6 supervisions postdoctorales.

Les cours que Marcelo Ridenti assure à l’IHEAL ce semestre sont : La Dictadura que cambió el Brasil, 1964-1985 et La guerra fría cultural en Brasil y sus conexiones con América Latina y Francia, 1947-1970.

 

Neiva Vieira de Cunha

Anthropologue brésilienne, Neiva Vieira da Cunha, est professeure à l’université de l’État de Rio de Janeiro/UERJ, chercheure coordinatrice du Laboratoire d’Ethnographie Métropolitaine/LeMetro/IFCS-UFRJ et du Nucleo de Estudos sobre Periferias/NESPE-UERJ et chercheure affiliée du Centre d'Etudes des Mouvements Sociaux/CEMS-EHESS. Docteure en anthropologie par l’université Fédérale de Rio de Janeiro/UFRJ en cotutelle avec EHESS-Paris, elle réalise ses recherches dans le domaine de l’anthropologie urbaine sur les thèmes des grands projets de rénovation urbaine et ses impacts sociaux dans les espaces d’habitation populaire, comme les bidonvilles et les banlieues de Rio. Ses travaux de recherche plus actuels portent sur les processus de ségrégation urbaine et spatialisation de la pauvreté, sur le conflit et les formes de mobilisation collective dans l’espace public, et sur l’anthropologie des risques et les conflits environnementaux.

A l’IHEAL, Neiva Vieira da Cunha donnera les cours Taller de etnografia urbana et  Políticas públicas em favelas e reestruturação do espaço urbano no Rio de Janeiro.

 

Second semestre

 Theodore Henken, économie, New York University (États-Unis)
 Lauro Mattei, économie, Universidade Federale de Santa Catarina (Brésil)
 Guillermo Mira, histoire, Universidad de Salamanca (Espagne)
 Miguel Serna, science politique, Universidad de la República (Uruguay)
 

Chercheurs invités

Premier semestre

Antonio Arellano

Docteur en anthropologie par l’université de Laval, Antonio Arellano Hernández a réalisé ses études postdoctorales à l’École nationale supérieure de mines de Paris et à l’EHESS. Chercheur à l’Institut d’études de l’université, il est aussi chercheur national « niveau 2 » du Système national de chercheurs du Mexique. Membre de l’Académie mexicaine des sciences, ses travaux portent sur l’anthropologie de la science et la technologie ainsi que sur l’épistémologie et la technologie sociales depuis une perspective ethnographique. Auteur de 7 ouvrages et directeur de 9, il a également publié plus de 70 articles et chapitres de livre. Son dernier ouvrage Tláloc: Teogonía, Cosmogonía y Epistemología Atmosféricas Precortesianas a été publié en 2017 par l’Université autonome de l’état du Mexique (UAEM) et Colofón.

 

Second semestre

 Leonardo Cerno, linguistique, CONICET (Argentine)
 Omar Everleny, économie, Universidad de la Habana (Cuba)
 Françoise Montambeault, science politique, Université de Montréal (Canada)
 Angelica Müller, histoire, Universidade Federal Fluminense (Brésil)
 Gabriela Pellegrino, histoire, Universidade de Sao Paulo (Brésil)

 

Historique Chaires IHEAL des professeurs invités


■ Année universitaire 2016-2017

Année universitaire 2015-2016

Année universitaire 2014-2015

Année universitaire 2013-2014

 

>> Présentation des Chaires de l'IHEAL et historique des années universitaires anterieures à 2013