Institut des Hautes Etudes de l'Amérique latine
Centre de recherche et de documentation sur les Amériques

LʼAmérique latine face aux crises passées, présentes et futures

 

LʼAmérique latine face aux crises passées, présentes et futures

***

Journées dʼétudes des doctorant.es du CREDA

6e des DOCTORIHEALES

 

 

 

 

13 et 14 janvier 2021

Centre de colloques du Campus Condorcet – Aubervilliers

 

 

 

Appel à communication

 

Les Doctoriheales sont les journées dʼétudes des doctorant.es du CREDA (Centre de Recherche et de Documentation sur les Amériques). Établies sur deux jours consécutifs, elles sʼinscrivent dans la démarche pluridisciplinaire chère au projet dʼenseignement de lʼIHEAL et aux axes de recherche du CREDA. Créées à lʼorigine pour permettre aux jeunes doctorants du laboratoire de présenter leurs travaux et leurs hypothèses dans un cadre bienveillant, elles sont désormais ouvertes aux chercheur.ses dʼautres institutions intéressé.es par les problématiques inhérentes aux territoires des Amériques, ainsi quʼaux étudiant.es en Master 2 recherche et professionnel, quelle que soit lʼavancée de leur projet de recherche.

Pour la sixième édition des Doctoriheales, la réflexion sera centrée autour de la notion de crise. Au fil des siècles et jusquʼà nos jours, des situations de troubles, de rupture, des manifestations brusques et intenses reconfigurent les aspects politiques, économiques et culturels des territoires, les Amériques nʼy échappant pas. Cela dit, les crises permettent aussi lʼavènement de dynamiques, dʼévolutions et de solutions qui engendrent des situations nouvelles, des reconfigurations dans tous les domaines. Réactions face à une crise économique, restructurations face à une crise politique, revendications face à une crise culturelle ou identitaire, propositions face à une crise environnementale, ces situations sont lʼoccasion pour les différents acteurs de réaffirmer leur position, de défendre leurs droits, de revendiquer leurs pratiques et de se repositionner sur les échiquiers politiques nationaux et internationaux. Les crises, entendues dans un sens large, interrogent les mobilisations sociales et culturelles, les évolutions politiques et économiques, les perspectives et solutions qui y sont trouvées. La réflexion pluridisciplinaire autour de différentes situations de crise permettra dʼinterroger le concept, mais aussi de croiser les regards des différentes disciplines sur ces situations spécifiques. Lʼanalyse à travers les différentes échelles sera à privilégier.

Pour répondre à ces questions transversales, cinq tables thématiques sont proposées. De plus, nous ouvrirons à la fin des journées dʼétudes un temps dʼéchange et de réflexion collaborative autour de la crise sanitaire actuelle, de ses répercussions en Amérique latine mais aussi sur nos pratiques de jeunes chercheurs.ses.

1.(Re)configurations politiques et institutionnelles: le temps des crises ?

Cette première table traitera des crises en Amérique latine dans leurs dimensions politiques et institutionnelles. La région latino-américaine a fait lʼobjet de très nombreuses situations de conflits sociaux, politiques, environnementaux, de périodes de guerres ainsi que des bouleversements politiques majeurs au niveau local, régional, transnational. Dès lors, comment penser les mobilisations populaires et les changements de lʼaction publique comme des situations de crises politiques et sociales? Les propositions pourront sʼintéresser aux questions relatives à lʼEtat et ses recompositions depuis une approche socio-historique, les configurations dʼacteurs et leurs interactions dans les politiques de crise étudiées. Alors que lʼAmérique latine a été marquée par la clôture dʼun cycle de gauche, les propositions pourront aborder de façon plus large la question de la reconfiguration des systèmes partisans, des comportements politiques, des transformations de lʼaction publique et des styles et discours politiques. De plus, les propositions pourront analyser les crises propres aux changements des systèmes politiques, des gouvernements à la suite dʼélections ou dʼappropriation violente du pouvoir, des mobilisations politiques et sociales aux différentes échelles, des politiques publiques et de leurs transformations. Les propositions pourront aborder les modes de gouvernance, des circulations de modèles, la question des échelles pour comprendre les influences entre bouleversements locaux, enjeux nationaux et inter-transnationaux.

2.Lʼenvironnement en crise(s) ? Pratiques, régulations et accaparement

La notion de crise environnementale fera lʼobjet de cette deuxième table. Depuis lʼétendue du spectre des sciences humaines et sociales, les propositions pourront aborder les outils de régulation et de gestion des territoires et des ressources naturelles, telles que les politiques de transitions écologiques et les dispositifs dʼaires protégées, marines comme terrestres. Quels acteurs prennent part à lʼélaboration de ces dispositifs de gouvernement de lʼenvironnement, et à quelles échelles ? Les communications interrogeront les stratégies et les politiques déployées par les Etats, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales transnationales dans le cadre des initiatives environnementales et les politiques de développement. Les propositions sont appelées à traiter des conflits de perceptions et de pratiques de lʼenvironnement face aux enjeux dʼaccès aux ressources naturelles et de leur conservation. Il sʼagit enfin dʼenvisager les conflits socio-environnementaux dans le contexte des luttes pour lʼappropriation des territoires et des ressources, et ce à différentes échelles. Quelle place la justice environnementale prend-elle au sein des conflits et mobilisations socio-environnementaux ? La modification des écosystèmes et des territoires par la multiplication de méga-projets et de politiques extractivistes représentent un enjeu majeur dont les propositions pourront explorer les dimensions environnementales, politiques et sociétales.

3.De la violence et des crises

Comment crises et violences sʼenchevêtrent-elles ? Ce sera lʼenjeu de cette troisième table, qui interrogera les agents et effets sociaux de la violence, sous toutes leurs formes, en temps de guerre et de paix, de démocratie et de régimes autoritaires. Face aux situations post conflictuelles, comment les violences subies sont-elles incorporées au sein des processus mémoriaux ? Les violences faites sur la base du genre et du sexe, de lʼorientation sexuelle, de lʼappartenance ethnico-raciale et des convictions politiques engendrent des  pratiques subalternes et des mobilisations collectives que les propositions pourront analyser.  Aussi, quand certaines  villes latino-américaines figurent ces dernières années aux classements des  plus dangereuses au monde, cette table propose de sʼattaquer à lʼidée de « crises de la sécurité

». La lutte contre le crime organisé engendre des politiques de coopérations nationales et régionales. Les violences liées aux gangs et aux maras, souvent rendues spectaculaires, sont transformées en phénomènes culturels. Une réflexion méthodologique sʼimpose alors, quand lʼethnographie et lʼétude dʼarchives rencontrent sur ces terrains de nombreux obstacles. Enfin, lʼensemble de ces phénomènes participent de lʼampleur nouvelle des déplacements de populations, comme en a témoigné le phénomène des caravanas de migrantes en Amérique centrale. Interrogeant les formes dʼexclusion sociale qui les précèdent et les accompagnent, cette table analysera les liens entre crises et violences économiques, à lʼheure du tournant néolibéral.

4.Culture(s) en crise, culture(s) en temps de crise

Cette quatrième table se centrera sur le champ culturel entendu dans un sens large. La notion de culture regroupe à la fois les pratiques dʼune population donnée, les productions artistiques et les représentations présentes chez un groupe humain particulier. La crise dans la culture peut être comprise selon différents angles. Face à des crises de tout ordre dans un pays, comment les pratiques et expressions culturelles sʼadaptent et se transforment-elles ? Les crises peuvent également avoir lieu au sein du champ culturel. Crises visant la reconnaissance de la culture de certains groupes sociaux ou ethniques, crise de légitimité de la culture dominante, soulèvement contre les institutions ou hégémonies culturelles établies sont nombreuses. Ces crises permettent des renouvellements, une dynamique du champ culturel dans les Amériques. De plus, la culture accompagne et illustre les périodes de crises. Les artistes, par leurs productions et leur engagement, appuient certaines causes et revendications politiques. Elle est un vecteur de représentations des situations critiques mais aussi des évolutions et des opportunités apportées par ces situations. Enfin, la perméabilité des échelles sera un axe de réflexion bienvenu également pour cette table. Certaines mutations culturelles locales sont touchées par des mouvements internationaux, et parfois ce sont des formes culturelles locales qui permettent une visibilisation à lʼinternational de crises ancrées dans des territoires particuliers.

5.Crises     et    acteurs    :    quelles    nouvelles    dynamiques    infra,     inter    et transnationales

Cette cinquième table ronde portera sur la pluralité des acteurs et des dynamiques nouvelles engendrées par les crises. Dans le système multilatéral, les États ont perdu progressivement leur position dʼacteur clé face aux systèmes bancaires, ONG, lobbies, grandes entreprises, associations syndicales, patronales, professionnelles. Tandis que des problématiques aux échelles mondiales et régionales liées aux réchauffement climatique, développement durable, migrations, coopération technologique, investissements et financements se complexifient, la volonté de coopération nʼest pas acquise. Dans ce réseau dense dʼinterdépendance la (re)configuration politique et institutionnelle, les États jouent-ils encore un rôle majeur dans le monde et en Amérique latine ? Les accords régionaux, la géopolitique, les modes de financements sont des enjeux majeurs dans ce contexte. Avec ces changements de paradigme occasionnés en grand partie par les contextes de crise, quelle place prennent les nouveaux acteurs ? Quelle place pour le développement de nouveaux modèles de coopération ? Quelles articulations infra étatiques, inter-régionales et internationales ?

Discussion finale: La recherche au temps du Covid19

Lʼannée 2020 est marquée par une crise sanitaire dʼéchelle globale affectant fortement le quotidien des citoyens latino-américains. La propagation du Coronavirus en Amérique latine engendre des réponses politiques et sanitaires très différentes dʼun pays à lʼautre. La mise en place de ces mesures, ainsi que leurs effets sur la performance économique de la région, posent dʼimmenses défis à lʼéchelle locale, régionale, et nationale; et révèlent la profondeur des inégalités structurelles de la région. Pour aborder ces questions, un temps dʼéchange sera consacré aux problématiques sanitaires, politiques, et socio économiques liées à la pandémie en Amérique latine, ainsi qu'aux nouveaux défis de la recherche doctorale face à lʼépreuve de la crise sanitaire : comment continuer ses activités de recherche lors que lʼaccès au terrain est impossible à cause de mesures sanitaires? Et dans quelle mesure les nouvelles technologies (visioconférences, archives digitales, etc.) peuvent permettre aux chercheurs de poursuivre leurs recherches à distance?

 

Calendrier

Les propositions de communication devront nous parvenir avant le 21 octobre 2020. Les notifications dʼacceptation et la présentation des thématiques des tables de discussion seront adressées aux intervenants.es au plus tard le 10 novembre 2020. Les éléments des communications finales seront attendus pour le 10 décembre 2020.

 

Modalités de proposition

La proposition de communication comportera deux parties. La première consistera en une brève présentation de la recherche en cours (titre, sujet, problématique et éventuelles hypothèses, terrain(s) et/ou corpus, méthode dʼenquête et, si possible, avancement de la recherche : 400 mots maximum). La seconde partie constituera véritablement la proposition de communication (maximum 200 mots), qui indiquera le titre, lʼaxe thématique choisi, et trois mots clés. La durée de lʼintervention envisagée est de 20 minutes, une discussion animée par un modérateur aura lieu après les différentes présentations de la table concernée. Les langues acceptées sont le français, l'espagnol, le portugais et l'anglais. Les communications sont à envoyer au format .pdf à lʼadresse suivante: doctoriheales2021@gmail.com

 

Les propositions en présence seront privilégiées mais nous ouvrons la possibilité aux doctorants éloignés de participer en ligne.

 

Comité dʼorganisation

Juliette Astorg, Justine Berthod, Elodie Lenoël, Monica Radu, Federico Sánchez Doctorant.es au CREDA