Institut des Hautes Etudes de l'Amérique latine
Centre de recherche et de documentation sur les Amériques

Retratos IHEAL - Florencia Dansilio

Florencia Dansilio nous vient tout droit de l’Uruguay. Diplômée en Sociologie à l’Université de la República de Montevideo et spécialisée en méthodologie des projets sociaux à l’Université LUMSA à Rome, Florencia commence son activité de recherche en tant qu’assistante de recherche et d’enseignement au sein du Département de Sociologie de la Faculté de Sciences Sociales à Montevideo. Parallèlement à sa formation en sociologie, elle réalise des études de théâtre en tant que comédienne au Teatro Circular et de mise en scène à l’École Multidisciplinaire d’Art Dramatique de Montevideo. 

En 2010, elle bénéfice de la bourse Erasmus Mundus pour poursuivre un Master Recherche en sociologie à l’IHEAL. Après un mémoire sur la comparaison du théâtre uruguayen entre la période dictatoriale et post-dictatoriale, elle souhaite réaliser une thèse portant sur ce même domaine d’étude tout « en allant voir ailleurs que [son] pays natal ». C’est ainsi qu’elle décide de se consacrer à l’étude du théâtre argentin depuis une perspective sociologique. En 2012, elle obtient un contrat doctoral dans la même université pour travailler sur le rôle politique du théâtre pendant la période post-dictatorial en Argentine sous la direction de Denis Merklen et la codirection de Bruno Pèquignot. Parallèlement en 2016, elle devient ATER en sociologie au sein de l'Institut. « Pour moi c’est le lieu idéal pour étudier la sociologie de l’art car cela me permet de mettre en dialogue la sociologie latino-américaine avec la sociologie française latino-américaniste. En Amérique latine, il n’existe pas de filière à proprement parlé qui se définisse comme la sociologie de l’art. Il y a des groupes de sociologues qui travaillent sur ce domaine mais il est encore largement considéré comme une sous-discipline. De plus, je me réjouis de pouvoir enseigner la sociologie. En effet, les cours que je donne à partir de la L1 jusqu’à la seconde année de master sont une part importante d’enrichissement intellectuel et personnel. Nous échangeons beaucoup avec les étudiants, je leur propose des travaux qui nous permettent de mettre la réflexion au cœur des échanges. Les cours que je donne ne porte pas uniquement sur mon domaine doctoral en sociologie de l’art, bien évidement je l’utilise dans mes cours mais j’essaye de donner une vision plus large de la sociologie latino-américaine et latino-américaniste en général ». 

En ce qui concerne sa thèse, Florencia se concentre principalement sur le processus de changement et plus exactement sur l’autonomisation du secteur théâtral argentin post-dictatorial qui commence à se dessiner dès les années 80 et 90. Cette autonomisation se fait non seulement par rapport au pouvoir étatique mais également par rapport aux mouvements militants populaires et résistants qui s’étaient accaparés de cet art comme outil politique. Cette autonomisation se matérialise non seulement sur le plan logistique c’est-à-dire dans la manière de travailler et de s’organiser des acteurs mais également dans son contenu et sa représentation. 

Dans sa pratique du théâtre, notamment à travers le travail qu’elle mène auprès de sa compagnie en Uruguay, Florencia propose de combiner l’art à la sociologie. « Avec les acteurs nous travaillons notamment à partir de texte ou d’archives qu’eux-mêmes réunissent, puis à partir de cette base sociologique, ils laissent libre cours à leur imagination lors des improvisations pour interroger les problématiques recueillies». A travers ce travail artistique, Florencia fait vivre ses réflexions et ses deux passions : théâtre et sociologie.

 

 

Retrouvez les autres profils de l'IHEAL!

 

 

Publié en mai 2017