Institut des Hautes Etudes de l'Amérique latine
Centre de recherche et de documentation sur les Amériques

Retratos IHEAL - Valentine Sébile

 Cela fait maintenant 10 ans que Valentine exerce dans le domaine des droits humains et du militantisme, et c’est à travers son parcours riche d’expériences qu’elle s’est découvert un véritable intérêt et inquiétude au sujet de la situation des défenseuses des droits humains,  et qui fera le sujet de sa thèse. Supervisée par la professeure de Sciences Politiques à l’IHEAL Camille Goirand, Valentine se préoccupe donc de la problématique des violences subies par les militantes au Mexique et en Colombie, et de la manière dont elles s’organisent pour y faire face.

Sa thèse récemment entreprise est liée à une « inquiétude intellectuelle » et  la doctorante cherche à ce que son travail soit utile, notamment pour les professionnels de son milieu. Valentine travaille parallèlement en tant que conseillère du rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l’Homme. Depuis bientôt 3 ans, elle sillonne le monde avec lui et en particulier l’Amérique latine pour participer aux missions que lui octroie son poste. Ainsi, elle accompagne le rapporteur spécial qui, sur invitation des États, élabore des rapports sur la situation des militants dans les pays visités. Elle contribue également à l’élaboration de rapports thématiques sur la situation des défenseurs dans le monde (par exemple, sur les défenseurs de l’environnement ou les défenseurs des droits des migrants). En plus de missions officielles, la jeune doctorante participe également à des missions académiques, initiées par des ONG locales, des ambassades ou des universités. 

Son engagement remonte à son adolescence et s’est concrétisé depuis son entrée dans la vie professionnelle qui débute par un séjour de 3 ans  au Chili, durant lequel elle travaille pour Amnesty International après avoir obtenu son diplôme de l’IEP d’Aix en Provence ainsi qu’un Master 1 en Politique Comparée Amérique latine et Caraïbe. De retour en France, elle continue de travailler pour Amnesty International pour encore 4 ans, tout en reprenant des études en Master 2 en Études de genre, à Paris 8.

Pour elle, et même si cela comporte de nombreux sacrifices au quotidien, il a toujours été important de concilier travail et étude, permettant d’avoir un double regard, conciliant pragmatisme grâce à la vie professionnelle et profondeur grâce à la vie universitaire.

Ainsi, grâce à son poste actuel, il lui est possible d’avoir accès à de multiples informations et contacts avec des militantes, qui s’avèreront très utiles à la rédaction de sa thèse.

Le conseil de Valentine pour les étudiants : « Prenez votre temps ! ». Ne vous laissez pas intimider par les expériences et par ce que vous réserve la vie ; il est important de prendre le temps de se découvrir et de tracer son chemin en fonction de ses expériences, ce qui n’est pas forcément ce que le système universitaire français favorise. 

 

Retrouvez les autres profils de l'IHEAL!

 

 

Publié en décembre 2017