Institut des Hautes Etudes de l'Amérique latine
Centre de recherche et de documentation sur les Amériques

LANGAS : pour une documentation des langues amérindiennes

LANGAS : pour une documentation des langues amérindiennes

 

L'équipe « LANGAS » (Langues Générales d’Amérique du Sud) a réalisé ce mois de juin deux ateliers en Argentine pour diffuser sa plateforme d’accès aux sources documentaires historiques en langues amérindiennes, grâce à un projet de formation financé par un partenariat entre USPC et le Conseil Interuniversitaire argentin (CIN).

Ces ateliers, collaboration avec l’université nationale de Formosa, étaient dirigés à des chercheurs de l’UNNE (Université nationale du nord-est) et aux professeurs en formation en histoire de l’ISFD (Institut supérieur de formation des professeurs) de Caá Catí, dans la province de Corrientes. Menées par Thomas Brignon, membre de l’équipe LANGAS, et par Carolina Gandulfo et Tamara Alegre de l’institut de sciences de l’éducation de l’UNNE, ces séances de travail collaboratif ont été l’occasion de promouvoir l’utilisation du portail, ainsi que de former ses potentiels utilisateurs dans la traduction et l’interprétation de documents historiques en guarani datant des périodes coloniale et indépendantiste.

Coordonné par Capucine Boidin (IHEAL-CREDA/université Paris 3) et mis en œuvre par une équipe multidisciplinaire, LANGAS travaille depuis 2011 à la construction d’un corpus de textes écrits dans les langues amérindiennes guarani, quechua et tupi. Grâce à un projet ANR (2011-2016) pendant lequel une centaine de documents ont été recueillis et transcrits, la plateforme donne accès à des documents de différente nature, tels que des lettres, des récits historiques, et même des ouvrages politiques, philosophiques et religieux traduits depuis d’autres langues. Une telle diversité permet d’un côté d’observer les premières manifestations écrites en alphabet latin de ces langues, et de l’autre côté de reconstruire des fragments de l’histoire régionale qui n’étaient pas forcément accessibles à tous auparavant.

C’était avec surprise et émotion que les participants à ces ateliers, eux-mêmes locuteurs de guarani, ont pris la mesure de l’ampleur du corpus ancien en cette langue, dont les registres écrits sont largement ignorés. L’accès à ces documents historiques signifie pour eux « une vraie rencontre avec leur propre mémoire et avec leur histoire » explique Carolina Gandulfo, d’où l’importance de les rendre disponibles au plus grand nombre.

Transcrits depuis leur forme originale et puis traduits ou actualisés à l’espagnol contemporain, les textes peuvent être consultés librement sur le site web de la plateforme LANGAS

 

 


©  IHEAL-CREDA 2017 - Publié le 30 juin  2017 - La Lettre de l'IHEAL-CREDA, n° 7, juillet 2017.